Sélectionner une page

A l’issue de la Commission Permanente du Conseil Régional des Pays de la Loire du 13 juillet 2018, les élus centristes se réjouissent des 7 nouveaux contrats de territoires-Région et des 2 Contrats métropolitains votés pour un montant de 42,5 millions d’euros.

Ainsi, ce sont les territoires des Communautés de Communes de Grand Lieu, du Bocage Mayennais, du Maine Saonais, de Chantonnay, des Herbiers, de St Gilles-Croix-de-Vie, du Sud Vendée Littoral, de Nantes Métropole et d’Angers Loire Métropole qui bénéficient du soutien régional.

Pour Maurice PERRION, « cette nouvelle contractualisation marque la volonté de la Région de faire des territoires les leviers de notre développement régional. Notre priorité : préserver l’équilibre territorial car nous ne voulons pas d’une région à deux vitesses. Cet équilibre territorial, c’est la force des Pays de la Loire ».

La philosophie de cette politique de contractualisation avec les EPCI est construite autour de 3 principes directeurs : la proximité, l’équité et la liberté.

La proximité, c’est le leitmotiv de la Région. C’est la raison pour laquelle le Conseil Régional a privilégié l’échelon des EPCI, qui sont moins vastes et plus proches des réalités du terrain que les pays, qui étaient le territoire référence dans les anciens contrats.

L’équité, c’est répondre aux besoins des territoires en fonction de leurs spécificités et leurs fragilités, en faisant du sur-mesure et en tenant compte aussi  des pôles de centralité.

La liberté, c’est une nouveauté. Les élus du territoire pourront choisir librement les projets qu’ils souhaitent mener et ce sur toute la durée du contrat. Selon Maurice PERRION, « Cette liberté, c’est la confiance que nous portons aux élus locaux qui sont les mieux à même de faire vivre et grandir leurs territoires et plus largement les Pays de la Loire ».

La Région a décidé de rendre un seul bloc obligatoire, celui sur la transition énergétique. Laurent GERAULT explique que « la majorité régionale a fait de la transition écologique et énergétique une priorité absolue du mandat, notamment en l’intégrant dans les contrats de territoire pour agir localement et mobiliser contre le changement climatique ! Chacun à son niveau peut et doit prendre part aux défis énergétiques et climatiques. C’est un enjeu sociétal, d’aménagement du territoire, de développement économique qui nécessite la mobilisation de tous pour qu’il soit atteint.».